Journée de la logopédie 2022

La logopédie tout au long de la vie

Les logopédistes sont amené·e·s à traiter des troubles variés qui peuvent survenir à tout moment de la vie.

Découvrez les histoires de ces personnes souffrant d’un trouble et comment la logopédie peut les aider à mettre en place des stratégies pour surmonter leurs problèmes.

Ema et les troubles d’acquisition

Ema a deux ans et demi, mais parle très peu. Elle communique avec quelques mots isolés (papa, mama, enco(r)e, manzer, dodo) et des gestes, mais peine à enchaîner plus de deux ou trois mots. Ses parents pensaient d’abord qu’elle était timide, mais ils commencent à s’inquiéter. L’éducatrice de la crèche qu’elle fréquente constate qu’Ema a l’intention de communiquer mais qu’elle fait des crises quand elle n’arrive pas à se faire comprendre. Celle-ci leur suggère de consulter un logopédiste pour en avoir le cœur net…

Simon et la dyslexie

Simon a 9 ans et il aime les aventures fantastiques. Ses histoires préférées sont celles avec des elfes, des mages et des créatures magiques ! Il sait que ses parents ont plein de bouquins trop bien dans leurs bibliothèques qu’il aimerait découvrir, mais il a tendance à éviter les livres, car lire a toujours été très fatigant. Ça fait longtemps qu’il a remarqué qu’il est plus lent que les autres à l’école, mais il n’ose pas trop en parler, car il a peur qu’on se moque de lui…

enfant avec dragon

Alice et le bégaiement

Alice a 17 ans et souffre de bégaiement depuis qu’elle est petite : parler à haute voix est un calvaire pour elle. Ce qu’elle aime depuis toujours, c’est écouter la radio et plus récemment, les podcasts. Elle peut s’évader pendant des heures en écoutant les différentes émissions qui passent tout au long de la journée ! Peut-être un peu trop… Évidemment, elle est un peu jalouse, mais aussi en admiration lorsqu’elle entend les présentatrices et présentateurs qui délivrent si facilement leurs longues proses… De son côté, elle n’ose pas vraiment parler en public. D’ailleurs, elle a toujours évité les présentations à l’école et trouve toujours de bonnes excuses pour se défiler…

Irena et l’aphasie

Irena a 51 ans et il y a deux ans, elle a fait un AVC. Heureusement, elle a récupéré énormément depuis, mais souffre encore d’une aphasie légère. Concrètement, elle ne retrouve plus ses mots ou, des fois, les transforme… elle arrive à se faire comprendre lorsqu’elle discute avec ses amis en tête-à-tête, mais au téléphone, c’est compliqué… Elle doit constamment chercher ses mots, les pauses sont longues et, sans pouvoir compter sur des gestes pour s’aider, toutes ces discussions sont source de stress. Depuis le premier confinement, ce qui lui pèse le plus, c’est le manque d’interaction et l’isolement qu’elle ressent, car elle n’ose plus vraiment appeler ses proches de peur de ne pas se faire comprendre ou de les agacer…

Giovanni et la dysphagie

Giovanni a 76 ans et il est atteint de la maladie de Parkinson. Pour le moment, c’est gérable et il reste relativement autonome… ce qui lui pèse le plus, c’est qu’il a de la peine à avaler les aliments, et Giovanni, lui, adore manger. Désormais, les repas ne sont plus des moments très agréables, car il a toujours peur d’avaler de travers. Les médecins ont appelé ça la dysphagie, un trouble de la déglutition, lui s’en fiche du nom. Il veut pouvoir manger tout ce qu’il aime !

Je suis un animateur radio :

le parcours de Luc

 

En collaboration avec la fondation Les Perce-Neige, découvrez l’histoire de Luc via une vidéo entièrement filmée et éditée par un atelier de la fondation !